Version imprimable

Current Size: 100%

Centrales de réservations VS prestataires touristiques

Nous pouvons dire ce que nous voulons, mais les OTAs (centrales de réservations) régissent un peu, un peu trop, le destin des hôteliers !!

Au départ, pour un hôtelier, se retrouver sur une centrale de réservation, c’est un peu comme offrir un cornet de glace à un enfant, il est heureux, nous sommes heureux, tout semble parfait. Enfin, ça c’est jusqu’au drame de la boule de glace qui tombe par terre ou des taux de commissions qui deviennent exorbitants.

Mais comment contrer ce système qui semble aussi solide qu’un roc et surtout ancré dans le quotidien des touristes ?

 

Aujourd’hui, les voyageurs organisent majoritairement leur séjour via internet. Une étude Google montrait qu’en 2013, les internautes consultaient 10 sites de voyages avant de partir et passaient 2h41 sur internet avant de réserver.

Pour un hôtelier, un restaurateur ou encore un parc de loisir, il est essentiel d’être visible sur internet s’il veut avoir la chance de séduire le futur touriste (site internet de qualité, avis clients positifs, réservation en ligne).

C’est pourquoi, dans cette jungle virtuelle, il est important de jouer la carte de la stratégie et de s’associer au lion si l’on ne souhaite pas se faire « dévorer ».

 

Les centrales de réservation ont bien compris l’enjeu de se positionner sur ce marché.

Aujourd’hui certaines tirent leur épingle du jeu et apportent une visibilité importante aux prestataires touristiques.

En effet, Booking, Expédia ou Lastminute sont largement connus et utilisés dans le secteur. D’après l’étude Coach Omnium d’avril 2013, 79% des personnes interrogées utilisent le site Booking.com pour comparer et réserver une chambre d’hôtel.

 

Aujourd’hui, le système économique des OTAs est remis en cause.

En 2013, les commissions (12% à 30%) des OTAs représentent 4.7% du chiffre d’affaires de l’hôtellerie en France (chiffres du N°2264 – 30 juillet 2014 – la Gazette Officielle)

Au-delà d’offrir une place de marché aux hôteliers, celles-ci ont vu la brèche vers un business qui peut rapporter gros : pack pour augmenter la visibilité, variation du taux de commission pour rester dans le top 10, (…).

Plusieurs associations d’hôteliers ont vu le jour depuis 2 ans afin de dénoncer la pression que subissent les prestataires touristiques s’ils veulent rester en tête d’affiches sur le site internet de ces structures.

 

« Le mode de fonctionnement des OTAs et le volume de réservation qu’elles représentent pour certains professionnels fragilisent les hôtels en réduisant leur marge. La recherche de solutions alternatives passe notamment par le recours à la réservation directe. » (Extrait de l’article Centrales de réservation en ligne : comment équilibrer la relation ? -  N°2264 – 30 juillet 2014 – la Gazette Officielle)

 

Quelques plateformes qui renouent avec le contact client :

 

-          Moby Dick SAS :

Leur démarche consiste « à fédérer l’ensemble des hôteliers au sein d’un Club 100% web, avec le soutien des acteurs du secteur (Syndicats professionnels, ministères, institutionnels …). Conscient de l’attrait des clients pour les sites de réservation en ligne, ce club sera lui aussi doté d’une centrale de réservation nationale, proposant, à l’image des OTA : un très large catalogue (représentatif de la diversité du paysage hôtelier français), des avis clients, la possibilité de réserver ou d’être redirigé vers le site officiel de l’hôtel en quelques clics. » (Extrait http://www.projetmobydick.com/)

À la différence de certaines centrales de réservation, le système économique de la structure ne se construit pas autour des taux de commissions mais propose :

- un droit d’entrée,

- un système d’abonnement pour faire partie de l’annuaire (coût établissement et coût par chambre)

- et un coût d’affiliation (redirection vers le site internet de l’hôtelier).

Le site sera officiellement en ligne à l’automne 2014.

 

>> Pour plus d’information : www.projetmobydick.com

 

 

-          FairBooking :

L’association voit le jour en mars 2013 à l’initiative d’hôteliers nantais. Leur objectif est de faire prendre conscience aux consommateurs de l’impact économique de leur choix sur les territoires.

Le principe fonctionne comme un partenariat : le client réserve directement auprès de l’hôtelier qui adhère au projet et en contrepartie l’hôtelier fait bénéficier le client de certains avantages (5% à 10% de réduction sur le prix de la chambre, le petit déjeuner ou le sur classement).

Le système économique fonctionne grâce à une cotisation annuelle de l’hôtelier de 150€+1€ par chambre.

 

>> Pour en savoir plus : www.fairbooking.com

 

 

-          Bgreenbooking :

Nathalie Ravyts propose depuis juin 2014, une centrale de réservation qui valorise le tourisme responsable et solidaire. Son site met en avant des hôtels, camping, chambres d’hôtes et hébergements insolites écoresponsables.

Son système économique fonctionne sur le même principe que les structures précédentes : un abonnement annuel qui diffère en fonction de la nature de l’établissement.

Les hôteliers s’engagent à accorder une remise de 10% pour remercier les clients de leur choix responsable.

 

>> Pour plus d’informations : www.bgreenbooking.com

 

 

-          Hôtels Privés :

Le projet a été lancé en mars 2014 et a pour particularité de ne demander aucunes participations financière aux hôteliers présents sur la plateforme. Cependant il est demandé à l’hôtelier de proposer des tarifs préférentiels allant de 5% à 30% sur le prix public, des services et un accès direct aux stocks.

Le système économique est assez particulier et inattendu dans ce genre de système car « les hôteliers indépendants qui offrent plus de 10% aux membres sur leur meilleur prix se voient offrir une gratuité totale pour leur présence sur Hôtels Privés®: aucune commission sur les ventes, aucun frais caché, aucun abonnement. L'hôtelier décide alors seul de la réduction de prix et des conditions associées à la promotion, lui permettant de piloter son remplissage comme bon lui semble, tout en développant ses marges. » (Extrait de www.hotels-prives.com)

 

>> Pour en savoir plus : www.hotels-prives.com

 

(La liste des exemples n’est évidemment pas exhaustive !!)

 

Ce que l’on peut et doit retenir, c’est qu’il est important d’être bien positionner sur internet aujourd’hui mais qu’il est encore plus important de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, car s’il se renverse…!!